Paroisses de Lille » L’été ça déménage !

L’été ça déménage !

 

 

 

 

 

 

 

Les journées s’allongent, les soirées n’en finissent pas, les rues de Lille se vident de ses étudiants et les terrasses s’emplissent de touristes. C’est l’été ! Chacun peaufine ses projets de vacances en France ou à l’étranger, à la mer ou à la montage, à la campagne ou sur des chemins de pèlerinage. Cet été 2018 sera signe de changement. En effet, au 1er septembre, notre évêque, m’appelle à rejoindre les paroisses de Bondues et de Mouvaux. 

Quand on déménage on met la maison en désordre, on vide placards et armoires. En faisant mes cartons, ce sont 9 années que j’étale, il y a les souvenirs, les joies et les difficultés, les trésors oubliés !  Merci à vous paroissiens de St Eubert pour tout ce que nous avons vécu dans cette paroisse du centre ville. Je ne peux oublier les visages croisés, les liens tissés qui construisent patiemment la vie ordinaire d’une paroisse. Visages de celles et ceux qui répondent à la mission et acceptent des responsabilités dans nos communautés. Visages de celles et ceux qui ne sont pas dans nos églises ; non-croyants ou chercheurs de sens, ces frères d’autres confessions chrétiennes, ces amis musulmans.

Permettez-moi, avant de vous quitter, de faire un rêve : Que l’annonce de l’Évangile soit notre priorité au-delà de l’organisation, de nos divergences, de nos tensions. Que la mission soit première même si elle dérange nos habitudes, notre confort, travaillons « à long terme, sans être obsédés par les résultats immédiats” (1). Vivons une Église “en sortie” et acceptons les désordres d’un déménagement pour être “disciples-missionnaires”. Je rêve d’une Eglise écoutante, incarnée, donnant de l’épaisseur humaine à la Parole de Dieu. Je rêve d’une Eglise en désordre dans ses activités ordinaires pour qu’elle découvre l’action de l’Esprit dans la vie de hommes de ce temps. Je rêve d’un ravalement de façade, d’un changement de look du témoignage de nos communautés. Il s’agit aujourd’hui d’engendrer des chrétiens, d’appeler des “ouvriers à la moisson”, de susciter des vocations, de faire se lever des chrétiens adultes prenant leurs responsabilités. Je rêve d’une Eglise “en conversion missionnaire” (2).  

Merci à chacune et à chacun pour ces 9 années. Je ne regrette rien de cette belle aventure et vous garde dans ma prière. 

Abbé Thierry Vandemoortele, Curé

 

(1) Pape François

(2) cf “Lettre Pastorale de Mgr Ulrich. Pentecôte 2018”